December 18, 2017

L’arrivée de la championne franco-allemande Doris Wetzel à la marina de Bizerte après plus de 958 km soit 517 miles nautiques (!) hier dimanche à 10h à la Marina de Bizerte s’est déroulée *comme prévu*.

*Comme prévu* est un bien grand mot, la traversée n’ayant pas été simple : après beaucoup de pétole au début, elle est restée scotchée au beau milieu du Golfe du Lion pendant une grosse journée.

A la faveur d’une petite brise de 7 et 10 nœuds elle a repris sa route et foilé en se rapprochant de la Sardaigne,  .

Puis en milieu de semaine à l’annonce d’un fort coup de Mistral, la décision a été prise de rejoindre l’ile sarde pour mettre le bateau d’assistance et l’équipage à l’abri et se réfugier à Piscina Salida près d’Alghero.

Accompagnée par les thons et les dauphins (sic), elle est descendue par la cote occidentale à Teulada au sud via Portoscuso.

Le vendredi sous un fort Mistral (dont ont pu profiter les riders de la Kitefoil Gold Cup à Cagliari) elle a pu entamer la dernière descente jusqu’à Bizerte poussée par le maestrale sarde ou l’attendaient en nombre les journalistes et le Président de la fédération tunisienne de voile.

Un immense bravo à Doris qui illustre qu’avec envie et ténacité rien n’est impossible !

Photos : Fédération Tunisienne de Voile (Officiel).

 

Christophe Salvaing

Christophe Salvaing

4 Comments

  • Répondre
    HAIRAT
    10 octobre 2017

    DORIS, je vous suis avec admiration. Mais votre traversée est un fake. Dites la vérité. Sur Facebook, à quelqu’un qui ne comprenait pas votre trace, vous avez expliqué que vous n’avez navigué en kite que sur 120 km jusqu’à la Sicile. Le reste du temps vous étiez sur le bateau Et après, vous n’avez plus communiqué sur la réaité du temps en bateau et en kite. Vous avez dit vouloir faire des rnds auour du bateau « pour faire la distance ». C’est ça une traversée de la Méditerranée? Sur 1200 km comme on dit sur la vidéo de Tunisie? La trace du bateau à partir de la Sardaigne ne s’arrête jamais. Pendant plus de 24 heures (du 07 octobre au matin au 08 octobre après midi) vous étiez sur le kite sans jamais monter sur le bateau ou simplement sur le bateau?
    Face à l’impossible, vous ne donnez aucune explication.
    Vous reconnaissez (tout à la fin de l’interview vidéo mise en ligne sur Facebook le 09 oct à 0h) « ne pas avoir atteint mon objectif ».
    Puis vous vous laissez féliciter et applaudir.
    Oui, je peux comprendre que la communication prenne le dessus. M

  • Répondre
    HAIRAT
    10 octobre 2017

    Je ne sais pas si mon commentaire détaillé précédent est parti. J’ai eu une mise à jour importune. Mais je ne crois pas un instant que Doris a fait cette traversée. Déjà elle a reconnu n’avoir été sur son kite que pendant 120 kilométres seulement de la cote française à la Sardaigne. Et de la Sardaigne a la Tunisie, elle parle beaucoup des dauphins, et aucune explication sur sa manière de faire, quand elle etait sur on kite, et quand elle n’y était pas, le bateau ne s’arrête jamais et ne me faites pas croire qu’elle a passé 24 heures sur son kite. Sans dormir. Elle avait avoué vouloir faire « des ronds autour du bateau » pour accomplir la distance. N’importe quoi. Le kite ne sera jamais un sport sérieux et respecté si on laisse faire des « exploits » comme cela. J’étais tellement heureuse de voir une femme se lancer dans un aussi beau projet. Je suis très déçue. Il me semble qu’elle mérite mieux que cette médiatisation sur un fake. Et que c’est le kite qui en souffrira, parcequ’il y a des bien des gens qui vont lui demander des précisions, et on passera tous, nous, ceux du kite, pour des charlots, bons qu’à faire des sourires aux cameras.

  • Répondre
    GERAC
    16 octobre 2017

    C’est mal connaitre Doris que de penser qu’elle est pu tricher moi je ne remets en aucun cas sa parole en doute et quoiqu’il en soit avoir la volonté et le courage de se lancer dans ce genre d’aventure c’est déja un exploit. Chapeau Doris fait nous réver…

  • Répondre
    HAIRAT
    17 octobre 2017

    Les faits sont là, Doris Wetzel n’a pas réussi la traversée de la méditerranée en kitesurf.
    Elle reconnait dans son post sur Facebook du 05 octobre à 02h48 n’avoir parcouru sur le trajet Port Camargue-Nord Sardaigne que 120 km sur le kite et le reste (350km environ) sur le bateau accompagnateur. On ne peut dès lors déjà plus parler de traversée de la Méditerranée en kite.
    Elle reconnait d’ailleurs, plusieurs jours après l’arrivée, dans une interview radio ne pas avoir réussi la traversée de la Méditerranée en kitesurf http://www.radioexpressfm.com/ecouter/l-accent-avec-doris-wetzel-traversee-de-la-mediterranee-en-kitesurf-9746

    D’autres éléments viennent aussi jeter le trouble sur le reste de son parcours entre nord Sardaigne et Tunisie.
    Son postulat était que quand elle monte sur le bateau pour se reposer, celui ci tourne en rond pour la redéposer exactement au point GPS où elle est montée. Cela n’est visible sur la trace GPS qu’une seule fois, la première nuit. Tout le reste du parcours vers la Sardaigne sa progression ne s’interrompt pas (pendant près de 3 jours), elle était sur le bateau cela est entendu, elle l’a reconnu. Mais qu’en est-il ensuite? Le long de la Sardaigne c’est difficile à dire mais ensuite de la Sardaigne à la Tunisie son avancée ne s’interrompt pas non plus pendant plus de 24 heures (du 07 octobre au matin au 08 octobre après midi). Etait-elle sur son kite pendant ces 24 h sans jamais monter sur le bateau ou simplement sur le bateau? Des éclaircissements seraient bienvenus d’autant qu’elle reconnait dans la même interview sur radioexpressfm.com ne pas avoir navigué de nuit (http://www.radioexpressfm.com/ecouter/l-accent-avec-doris-wetzel-traversee-de-la-mediterranee-en-kitesurf-9746) et qu’il semble que les conditions de vent et de mer étaient alors fortes ce qui rend périlleuses les manoeuvres de mise à l’eau ou remontée à bord.

    En arrivant en Sardaigne , elle écrivait (toujours sur le post Facebook du 05 octobre) qu’elle tournerait pendant le reste du parcours autour du bateau pour parcourir une distance équivalente à celle de la traversée de la Méditerranée. Cela ne peut sérieusement servir à valider à postériori le parcours non effectué.
    Mais, même en admettant cette démarche fantaisiste, elle reconnait (tout à la fin de l’interview vidéo mise en ligne sur Facebook le 08 oct à 23h52 de manière peu audible) « ne pas avoir fait les kilomètres que j’aurai dù faire, donc les objectifs que je m’étais fixés je ne les ai pas atteints » sans plus de précisions. Là encore qu’en est-il clairement?

    Sa communication, essentiellement sur sa page facebook https://www.facebook.com/womanaworldwide/, ne débriefe à aucun moment sa traversée et est axée sur une cartographie où on a pu voir un pictogramme de kitesurfer avancer pendant sa tentative (mais sans moyen de savoir si c’est elle ou le bateau que l’on suit). Le flou artistique est depuis l’arrivée bien maintenu et entretemps « l’information » se répand qu’elle a réussi ( mais qui la diffuse?)…
    Très beau coup de communication. Sportivement et éthiquement beaucoup plus discutable.

    Alors, bien sûr ce qu’elle a entrepris n’est pas facile et je serais bien incapable de l’entreprendre moi-même et il me semble très possible qu’il faille plusieurs tentatives pour le réussir. Tout le monde l’aurait compris et l’aurait soutenue si elle avait dit cela en arrivant en Sardaigne. De même il aurait été très compréhensible qu’elle continue en plusieurs étapes jusqu’en Tunisie pour gagner en expérience. Mais pourquoi vouloir faire croire qu’elle a réussi? Il y avait même une belle histoire à raconter. Échouer, se relever et conquérir, cela aurait eu de la gueule.

    Que penser , enfin, quand les commentaires qui la questionnaient sur sa traversée, ou remettaient en doute qu’elle ait réussi la traversée en kite, n’ont pas reçu de réponse de sa part ( alors que ceux la félicitant en recevaient) mais ont été tout simplement supprimés de sa page Facebook. Comment expliquer cela?

    Pour aspirer à nous faire rêver les conquérants de l’inutile ne peuvent nous abuser.